Du village des Bories au Mur de la Peste. . .

[vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_gallery type= »flexslider_fade » interval= »3″ onclick= »link_image » custom_links_target= »_self » img_size= »600×400″ title= »Le groupe en vadrouille » images= »6887,6888,6889,6890,6891,6892,6893,6894,6895,6896″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][vc_column_text css_animation= »top-to-bottom » css= ».vc_custom_1453798904738{background-color: rgba(221,51,51,0.72) !important;*background-color: rgb(221,51,51) !important;} »]

24 JANVIER 2016

[/vc_column_text][vc_single_image image= »126″ css_animation= »top-to-bottom » border_color= »grey » img_link_target= »_self » img_size= »300×300″][vc_column_text css_animation= »top-to-bottom »]

Chemins entre murets et restanques, sentiers, piste, chemins caladés.

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »3/4″][vc_column_text css_animation= »bottom-to-top »]Une randonnée dans les Monts du Vaucluse par une belle journée ensoleillée laissant traînée sa couverture nuageuse sur la huerta.

Nous étions un joli groupe de 18, à naviguer dans les multiples combes fraîches et humides ; puis heureux de profiter du ciel bleu et du chaud soleil pendant le pique – nique, côté adret,  bien après le Suéi sur la piste de la Pourraque.

Sur le retour, détour par le  moulin à huile de la Baume ( site privé) qui figure parmi les plus beaux édifices troglodytiques de la région. Niché au creux d’une baume, il épouse le relief sur plus de 50 m de long. Les aménagements intérieurs du moulin, comme les silos de stockage des olives, les pressoirs, la meule, la citerne ou les cuves, sont tous taillés dans la roche. (merci pour cette autorisation de passage)

Les  PHOTOS  parlent d’elles mêmes (cliquez sur le lien), elles montrent toute l’étendue de la richesse de notre paysage et de notre patrimoine. Nous en avons profité tout au long de la journée.
[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text css_animation= »bottom-to-top »]la huerta: agriculture méditerranéenne irriguée dont le paysage se caractérise par des haies, fes filioles (canal secondaire permettant d’irriguer par gravité une parcelle agricole) , et des cultures de maraîchage ou de vergers.

le vallon de l’Oule;  oule  signifie « marmite ».

le lieu dit Le Suéil mal placé sur la carte;  suelh signifie « trou d’eau ».

Le chemin des Fileuses,  vient du nom des femmes de Gordes qui l’empruntaient à la fin du XIXeme siècle pour aller travailler aux filatures de Fontaine, suite à l’incendie de Fontaine Basse, dernière filature de Gordes, en 1886.

le « Paradis », palais idéal d’un Facteur Cheval, édifié à partir des années cinquante.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text css_animation= »bottom-to-top »]

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Lire précédent

les bories

Lire la suite

sortie raquette sans raquette

%d blogueurs aiment cette page :