St Saturnin les Apt : le pays des Ayguiers

[vc_row][vc_column width= »1/2″][vc_gallery type= »flexslider_fade » interval= »3″ onclick= »link_image » custom_links_target= »_self » img_size= »600×400″ title= »des Grognards aux Bessons en passant par Travignon et le Cluyer » images= »2388,2389,2390,2391,2392,2393,2394,2395,2348,2396,2397,2398,2399,2400,2401,2402,2404,2405,2406,2407,2408,2409″][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]Des Gorges de la Nesque à la plaine du Calavon, la grande dalle calcaire des Monts du Vaucluse, très épaisse et inclinée vers le Sud, est creusée de failles, de gouffres et d’avens dans lesquels les eaux de pluie se déversent pour ne ressortir qu’à Fontaine de Vaucluse. Elles laissent derrières elles un territoire asséché. Pour s’y implanter nos ancêtres ont creusé à même la roche des réserves d’eau appelées AIGUIERS, très souvent recouvertes d’une voûte protectrice.

Nous sommes DIX ou plus de neuf, quoi de neuf,et pas onze ,au rendez vous à Beaumes  par ce temps froid, fortement venté depuis deux jours. Dix à faire corps pour une randonnée hivernale au cœur des massifs calcaires de Provence, en  espérant trouver du soleil dans ce monde de pierre.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][vc_column_text css_animation= »top-to-bottom » css= ».vc_custom_1422646865015{background-color: rgba(221,51,51,0.72) !important;*background-color: rgb(221,51,51) !important;} »]

Date : 25 janvier 2015

[/vc_column_text][vc_single_image image= »126″ css_animation= »top-to-bottom » border_color= »grey » img_link_target= »_self » img_size= »300×300″][vc_column_text css_animation= »top-to-bottom »]

Descriptif technique :

de combes en Talweg, sur des pistes et des sentiers , couverts de neige fraîche à partir de 900 m[/vc_column_text][vc_column_text css_animation= »top-to-bottom »]

Au cours de la rando:

nous avons eu droit à des escarmouches de boules de neige, c’est comme faire mouche avec des flocons de neige.

sauf que les mouches , c’était nous, pauvres randonneurs; enfin presque!

Nous tairons les auteurs de ces attaques surprises dans les bois.

La réplique fut « neigeante ».

Et de retour en »balmétie » , le partage de la Galette nous a réconcilié.[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »3/4″][vc_column_text css_animation= »bottom-to-top »]

Descriptif rando :

Nous passons Saint Saturnin les Apt, prenons la route D230 de Sarraud. Au départ des Longuets nous descendons dans la combe des Romanes pour remonter l’autre versant en direction de la ferme restaurée des Gavaniols (Gavanols sur la carte). Au virage en épingle à cheveux nous prenons la direction du Caulet. Un peu avant la ferme, nous avons pris à droite un petit sentier qui descend en Sud en direction des Aiguiers Grognards. nous arrivons sur une grande dalle ayant été un lieu d’extraction de pierres. Sur cette dalle , les carriers profitèrent de l’aubaine pour creuser des bassins, dont l’un fût même recouvert dune voûte., puis selon le gré de la pente , se déversant les uns dans les autres de façon à récupérer l’eau.

Nous revenons sur nos pas pour rejoindre le Caulet. Juste avant sur la gauche, un aiguier original, différent par son caractère enterré et sa couverture constituée de plusieurs dalles extraites de l’impluvium. L’une d’entre elle comporte un trou pour puiser l’eau, fermé par un cercle de bois .

Nous prenons à droite le chemin qui nous amène à proximité d’une Grande Cabane, la Boucane, avec sa vieille ruche posée sur angle. A l’intérieur, une cheminée aménagée dans l’épaisseur de la voûte montre la maîtrise de construction. La masse de pierres impose le respect et le silence.

Nous descendons jusqu’à la côte 754 et nous passons devant les deux rochers jumeaux appelés le Pas de la Femme en raison de l’empreinte d’un pied de femme inscrite dans le rocher.

Nous remontons la combe de Travignon pour arriver sur le chemin en lacets qui nous mène au Hameau en ruine déserté lors de la première guerre mondiale. C’est le temps de la halte bonheur pique-nique , repos et récupération . Calés face à un paysage de montagne , le Luberon, nous profitons des rayons de soleil.

Ensuite nous allons à la découverte des Aiguiers Travignon. Un petit sentier qui grimpe en coupant le GR, laisse entrevoir les marques d’extraction de pierres ayant servi à la construction du hameau. Nous arrivons sur la dalle. Deux aiguiers,  splendides spécimens, sont couverts d’une voûte clavée en berceau. La façade pignon de l’un est percée d’une porte encadrée de trois monolithes taillées remarquables.

Pas question de poursuivre jusqu’à Gayéoux. Il nous faut couper si nous voulons prendre le temps d’admirer ce paysage de pierres modelé par l’Homme. C’est alors que nous vivons un moment d’hésitation pour retrouver la bonne direction sur le GR9 ; il fallait simplement retourner au hameau et retrouver la piste des Lays au niveau de la Croix de Bonnefoy . De plus en plus de neige sur ce chemin en direction de St Christol. Nous sommes prudent en restant sur les bordures. La montée régulière sur la Croix de la Lavande nous approche de la côte 971 et d’une Grande Cabane, la Cassette, de forme oblongue, présentant un décroché et une corniche qui souligne le départ de la voûte.

Nous quittons à nouveau la piste pour accéder au sommet du Cluyer (1053 m) dans la poudreuse. Alors s’offre à nous une vue panoramique sur les massifs alentours.

Nous descendons directement sur les Aiguiers Bessons, en fin presque, nous retrouvons d’abord la piste des Lays, avant de trouver des aiguiers non couverts et de grande dimension qui se font face de part et d’autre du chemin. Le premier à ciel ouvert dont le fond de la cuve est accessible par trois marches taillées dans la roche. Le second comporte deux bassins séparé par un pont de pierre. Sans doute que ce pont servait d’appui à une double voûte. on l’appelle l’aiguier Besson qui signifie double, jumeau en provençal.

Nous avons marché d’un bon pas avec le soleil se faisant de plus en plus bas.

Nous contournons la ferme des Romanes , rallions la combe et nous remontons aux Longuets pour en finir avec ce périple hivernal.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text css_animation= »bottom-to-top »][pe2-gallery album= »http://picasaweb.google.com/data/feed/base/user/103722861846346465443/albumid/6110931357158180753?alt=rss&hl=en_US&kind=photo » ][/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text css_animation= »bottom-to-top »][/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Lire précédent

Saint Saturnin d’Apt

Lire la suite

vignobles carombais et non limon enneigé

%d blogueurs aiment cette page :