Trail des Avens et spéléo en Cevennes

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Ça faisait des semaines que ce flyer du trail des Avens était accrochéHoldammodif au dessus de mon bureau. J’y vais j’y vais pas? Ça tombait le week end de mon anniversaire, peut être que mon mari aura prévu quelque chose? peut être que les enfants vont venir?
Finalement j’ai décidé d’y aller et pour compenser la désertion de mon poste de mère de famille et me donner bonne conscience, je prMLC_villageépare à ma tribu un énorme plat de lasagne à déguster à ma santé.
Arrivés vers 16h à Méjannes sur le plateau des Cevennes nous sommes accueillis au Centre Départemental des Sports. Hébergement et repas pour 25 € ,que voulez vous de mieux? Me voila installée avec 2 coureuses dans une chambre de 5, c’est très correct. On s’équipe, short, basket, dossard et puce électronique sans oublier la frontale (obligatoire) et nous voila prêts pour le « prologue semi nocturne de 12 km ».

Vincent Delebarre est là aussi. il donne des conseils avant course. Voila ce que j’ai retenu en réponse à une question du genre « doit t- on s’économiser pour la course de demain?  … »allez y donnez vous à fond, la nuit la récupération est surprenante, ne vous retenez pas vous le regretteriez » … à bon ?,  à fond tout le temps alors. (NB: la course à pied dans le Gard,ça ne rigole pas, c’est du sérieux, c’est du vécu. Christian)
Environ 200 participants sur le court, 70 sur le long, ces courses comptent pour le challenge des trails gardois et on sent bien que certains jouent le challenge .
18h départ, objectif arriver avant la tombé de la nuit pour ne pas sortir la frontale. Fallait s’y attendre ça part plutôt vite mais c’est plat ça descend même un peu et j’en dépose quelques un dans la descente, mais la montée qui suit est timg.aspxrès sèche, on doit même y faire un ou deux pas d’escalade pour se hisser sur une dalle de calcaire fissuré où un gentil organisateur nous indique la suite du parcours. C’est le passage le plus beau, ensuite c’est de la piste, faut se motiver pour ne pas faiblir. Déjà on entend la sono et voila20150329_090002 les premiers coureurs qui reviennent on est à peine à 9km j’ai tant de retard que ça? mais voila Didier et Jeff qui me rejoignent et n’annoncent que l’arrivée n’est qu’à 500m, chouette!! je fini entre mes 2 escorte boy en 52′ pour ces 10 petits km, bien avant la nuit donc, trop contente avec une 3° place provisoire en V2F.
Après un repas bien sympathique avec nos voisins de CAP Bollene ces gros avaleurs de km on nous propose une conférenceSpeleologie-5462 sur la grotte de la Salamandre.
Le lendemain on se lève tôt (surtout qu’on a eu le changement d’heure) pour un petit déj dans le réfectoire. Jeff qui est retourné dormir chez lui nous rejoint juste avant le départ. C’est vrai qu’on ne ressent à priori rien de la course d’hier, tout semble fonctionner à merveille.
A 9h nous nous élançons pour 17 et 29 km au choix. Les circuits se séparent de suite et je reste avec les petits joueurs.
Ça commence car un chemin assez technique plein de pierres acérées et en légère descente, je ne vais pas m’énerver ici, j’ai pas envie de tomber. Ensuite c’est de la bonne piste facile ça fait penser au marathon des Burons en Aubrac. On alterne pistes et sentiers, c’est assez roulant, et déjà nous voila à la grotte de la Salamandre ,le clou de la sortie. aven6

Un responsable nous demande de ne pas courir alors on « courotte » et j’en profite pour manger et boire un peu, c’est la première heure de course. C’est insolite surprenant, des éclairages très kitch en couleur mais ça met bien la grotte en valeur. elle est immense et on parcours une longue passerelle qui zig zag dans la cavité principale au dessus des cheminées et autres concrétions, « féerique!! ». Grotte_de_la_SalamandreDés la sortie ça relance, petite grimpette puis descente acrobatique vers la Cèze (désescalade, sécurisé par une corde) où l’on court sur les berges ensablées, mais c’est plein d’embâcles, troncs d’arbres, branches, ça occupe, on ne s’ennuie pas et je n’ai pas l’habitude de courir ainsi en bord de rivière, c’est reposant. Occupée à regarder mes pieds ou la rivière en suivant un petit groupe je rate une bifurcation pour un petit détour c’était pourtant bien balisé. Après la rivière il va falloir remonter. Et pour remonter c’est assez ludique au début, passage sur des rochers puis dans des trous, où je suis avantagée par ma petite taille, on remonte ainsi un bon moment avant de rejoindre une piste vallonnée. Et tout d’un coup on aperçoit le village de Tharaux th02magnifique avec son clocher qui dépasse sur ce paysage de garrigue. Le village est tout mignon et un peu désert, un point d’eau en bas des escaliers est bien appréciable car c’est le premier vrai jour de printemps et il commence à faire chaud. Nous quittons le village par des escaliers qui marquent le début d’une longue ascension vers Méjannes. Et là, après 2 h de course, plus de jambes impossible de relancer en haut des côtes, tant pis je profite du paysage et je marche, je prends un peu les boules quand une féminine (V2 ou V3) me double en trottant « grrrr »,  tant pis le la laisse filer, pas la niaque aujourd’hui, que c’est dur cette dernière partie !!, 16 km, comment peut on courir 10, 30 voir 100 km de plus ? C’est pas humain ! La fin en faux plat est assez pénible mais me voila à Méjannes , 2h18 après le coup de sifflet, et aujourd’hui on a 1.5km de plus que prévu donc 18,5 en tout.Point-sublime_small Bon anniversaire.

Allez c’est pas si mal, même si je me suis faire griller ma 3° place.
Quand à Jeff, je l’ai abandonné car je suis allée manger pendant qu’il est arrivé de son périple Cévenol.
Une course avec un format original pour un Trail, une organisation irréprochable (même organisateur que le Pic St Loup).

A faire en club , en association, l’année prochaine.   FRANÇOISE.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Lire précédent

ocres des salettes

Lire la suite

sortie ffrp M.N.

%d blogueurs aiment cette page :