VILLARS – St CLÉMENT

[vc_row][vc_column width= »1/1″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][vc_column_text css_animation= »top-to-bottom » css= ».vc_custom_1425057193558{background-color: rgba(221,51,51,0.72) !important;*background-color: rgb(221,51,51) !important;} »]

DATE:

dimanche 22 février 2015[/vc_column_text][vc_single_image image= »126″ css_animation= »top-to-bottom » border_color= »grey » img_link_target= »_self » img_size= »300×300″][vc_column_text css_animation= »top-to-bottom »]

Descriptif technique :

une randonnée de niveau moyen +, soit deux grosses chaussures, avec sa distance et son dénivelé; sur des sentiers de bonne qualité et propres; et aucune difficulté ni dangerosité. De plus les conditions climatiques très favorables pour l’hiver.[/vc_column_text][vc_column_text css_animation= »top-to-bottom »]

Profil de la rando :

tout simplement un W à l’envers et cela donne à peu près l’allure du terrain que nous avons parcouru et les  700 m effectuées.

De 350 m au départ à 800 m sur le Rocher Blanc; une plongée  à 600 m (et non à – 600 , nous ne sommes pas tombé dans un aven), pour remonter à 800 m et ensuite rentrer par un chemin caillouteux jusqu’à St Pierre. La surprise s’est ensuite le coup de cul, excusez moi du peu, ou du mot, pour un raidillon , ou raidard, pour se diriger directement vers le Hameau de St Clément en passant par le cimetière.

[/vc_column_text][vc_text_separator title= »GLOSSAIRE » title_align= »separator_align_center » color= »orange »][vc_column_text]Aiguier , citerne, lavoir, fontaine, conque, impluvium, auge

Enclos, campagne

Massif karstique, bassin sédimentaire, pierre sèche, ocre, marne, sable

Encorbellement, linteaux, meurtrière ébrasée, monolithe,

arc clavé, pendentif, opus incertum, chaînage d’angle,

piédroit, trou de boulins, feuillure

Cabane, bergerie troglodytique, jas, baume

Garrigue,  chêne truffier, prunier, abricotier, cerisier, lavande

Carrière en damier, dalle en dents de scie

Escoude

 

 

 

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »3/4″][vc_column_text css_animation= »bottom-to-top »]

Si vous allez du côté de Saint Saturnin d’Apt  et si vous prenez la direction de Villars , vous vous approchez  des  aiguiers, cabanes, charbonnière, bergerie de Cabrone, la chapelle St Pierre. Le village est implanté au pied des Monts de Vaucluse, entre massif karstique et bassin sédimentaire du Calavon. Le territoire de la commune s’étend largement vers le Nord, dans la montagne, dont le Hameau des Grands Cléments , point de départ de la randonnée du jour en évitant de rentrer de nuit, à la découverte du patrimoine rural, où l’homme devait tirer le maximum du milieu, même hostile, et ces plateaux étaient très exploités pour les forêts et les pâturages.P1260484

Le hameau des Clémentois (il en reste encore quelques uns au milieu de toutes les maisons devenues maisons secondaires) a des façades teintées d’ocre jaune – orangé, un immense fontaine, Fontaine de St Clémentun beau lavoir et deux coqs imperturbables dans leurs plumes de fonte. Très vite nous trouvons un chemin de terre , nous passons entre deux champs envahis par des genêts.P1260485 Nous montons à travers travers la garrigue sur des pierrailles rouges, caractéristique des monts de Vaucluse. Dans un enclos comprenant des clapiers ou tas de pierres issus de l’épierrage des champs, nécessaire à la culture , nous avons loupé une cabane de chasse d’élégante facture avec son linteau fracturé.Il y a tant de chemins et tant de choses à voir. Le chemin nous mène aux Dégoutaux.

                           P1260494  Par un petit sentier c’est la surprise. Nous découvrons une grande cabane composée de quatre pièces construites en enfilade, dont la date de 1771 est gravée sur le linteau de porte monolithe. Nous quittons ce lieu privé en assurant de le respecter pour déboucher sur la piste du Safranier (piste DFCI). Au carrefour suivant nous prenons le sentier indiqué pour les aiguiers d’Auribeau (voir les tracés de l’ARPS).

Par le vallon des Garoustes nous arrivons aux fermes d’Auribeau. Nous admirons les ornières de cP1260502hars marquées dans la roche. A droite se trouvent deux splendides aiguiers à ciel ouvert, taillés dans la roche ainsi que leurs rigoles d’alimentation en eau. Une conque est restée en place. Le bas de l’impluvium a servi de carrière. La dalle présente des découpes en dents de scie, témoins de l’extraction de pierres dont une partie ont servi entre autres à bâtir le clocher de l’église de Villars et de St ClémP1260513ent.   Ce fut l’occasion de parler de la technique des carriers avec leur escoude. Les pierres étaient transportées par des chemins cahoteux, sur des charrettes dont on facilitait le passage en creusant des ornières dans la roche. Le soleil est présent, les petits chênes verts nous abritent, c’est le lieu chargé d’histoire, lieu idéal pour un pique – nique et temps de P1260509récupération après avoir monté toute la matinée sur des sentiers agréables. Thé, café, petits chocolats, biscuits faits maison, tout y est passé avant d’aller faire un tour , de s’avancer sur le rocher pour jouir d’une vue sur la combes de St Pierre et le Colorado.

C’est à côté des fermes que nous avons pris le sentier qui descend justement dans la combe St Pierre, passage beaucoup plus frais au milieu d’une garrigue épaisse. Après avoir coupé la combe, nous avons repris des courbes de niveau avec deux raidillons pour arriver à l’aiguier du jas du Pin. Puis après un temps de récupération sur la courbe des 800 m , trois escaliers taillés dans la pierre nous ont amené à la bergerie de Cabrone. Cet ensemble troglodyte comprend trois grandes baumes abritant des corps d’habitation , des étables, devant lesquelles est venu s’ajouter un cabanon traditionnel, ainsi qu’un magnifique système de récupération des eaux de ruissellement sur la dalle de couverture, qui vient se déverser dans une citerne occupant une  petite baume.

C’est un lieu qui sent le bonheur et le bien être même si nous combien il était difficOLYMPUS DIGITAL CAMERAile de vivre en autarcie dans cet environnement rustique. Papé a trouvé sa place au milieu des chênes séculaires, Mamé et les amis l’ont rejoint pour la photo. Nous avons pris le chemin jusqu’au hameau de la Haute Fumeirasse. Juste au dessus nous avons coupé à travers bois , longé un champ de lavande, et remonté la piste de la Chapelle St Pierre.P1260527 Tapi au pied de hautes falaises creusées de baumes, à l’entrée d’ u vallon gardé par deux hautes murailles nommées «portes» par les anciens. Il est un lieu de culte depuis l’époque gallo-romaine. Au XIe siècle, une première chapelle fut édifié par les bénédictins de Villeneuve. Après un léger goûter nous avons fait demi tour pour trouver le chemin très raide au départ qui nous ramène directement au cimetière de St Clément. Sans faire de halte nous avons traversé à nouveau le charmant hameau toujours gardé par ses coqs de fonte. Mine de rien, sur de superbes sentiers sans danger,cela nous a fait une balade d’environ 15 km avec un presque 700 m de dénivelé.

[/vc_column_text][vc_text_separator title= »Parlons patrimoine rural » title_align= »separator_align_center » color= »orange »][vc_column_text]

Les Aiguiers: Dérivé du provençal aigo (eau),l’aiguier découle de la géologie et du climat. Entre Nesque et Calavon s’étend une dalle calcaire fracturée. L’eau s’y infiltre vers un réseau souterrain alimentant la fontaine de Vaucluse. Le seul moyen d’avoir de l’eau consiste à retenir les eaux de ruissellement. Sur une dalle à faible épandage, un sol mince est prélevé pour dégager en amont un impluvium, creusé de rigoles collectrices, avant de tailler dans le roche dure (la pierre froide) des bassins étanches. Pour les protéger de la pollution et de l’évaporation, ils étaient recouverts d’une voûte, d’où leur allure de borie. L’eau servait à abreuver les bêtes ainsi qu’à la toilette et à la lessive (conques à côtés).

La Grande Cabane composée de quatre pièces construites en enfilade. Chacune est couverte d’une coupole encorbellée, liaisonnée par une toiture extérieure homogène en tas de charge. A l’intérieur, le passage du plan carré au plan circulaire de la coupole est réalisé par le biais d’un pendentif, liaison en triangle sphérique. L’appareil est fait de gros blocs de calcaire dur montés en opus incertum. Le chaînage d’angle, les piedroits et les linteaux sont constitués des plus grosses pierres. Ceux de la porte d’entrée intègrent une feuillure et des restes de gonds.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text css_animation= »bottom-to-top »][pe2-gallery album= »http://picasaweb.google.com/data/feed/base/user/103722861846346465443/albumid/6119808751485596513?alt=rss&hl=en_US&kind=photo » ][/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/1″][vc_column_text css_animation= »bottom-to-top »][/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Lire précédent

VILLARS: aiguiers, cabanes, bergerie

Lire la suite

tour de la grande montagne

%d blogueurs aiment cette page :